Publié dans Séries

Être sérivore, c’est quoi ? #1

Dans la vie, j’ai deux passions (trois, avec le chocolat) : les livres et les séries. Eh oui, je suis sérivore ! Mais en quoi reconnait-on un(e) addict des séries télévisées ?

Quand quelqu’un parle de séries, vous êtes aux aguets…

tumblr_n98lr20XIn1se9fcoo1_500

Parce que vous en suivez vraiment beaucoup.

Nbre de séries suivies

Si on pouvait voir la différence de consommation d’électricité entre la télévision et l’ordinateur, ce dernier l’emporterait haut la main !

tumblr_inline_o9wfa5iQV51sm4xn4_500

Quand on vous demande quelle est votre série préférée – c’est dur de choisir, il y en a tellement !

Compter les séries

Quand, en téléchargeant l’application TVShow Time sur votre smart phone, vous vous rendez compte que votre addiction est quand même assez importante. (Bon, je suis loin d’être la première dans le classement, mais en tout, dans TOUTE ma vie, j’ai vu 2 837 épisodes – et 30 cette dernière semaine -, j’ai donc passé 2 mois, 16 jours et 16 heures de ma vie à regarder des séries. En vrai, j’en ai vu plus que ça parce qu’il y en a plein que je n’ai pas comptabilisé mais c’est déjà pas mal.)

tumblr_narpd2OGVe1rb2l1co1_400

Quand, des fois, vous préféreriez rester chez vous à regarder une série plutôt que de sortir.tumblr_mqpiwjz1M61sotuj5o1_400

Si vous vous reconnaissez, vous êtes définitivement un(e) sérivore :

BIENVENUE AU CLUB !

Bon bah, j’y retourne moi, il y a Outlander qui m’attend !

tumblr_o0yd19XLyd1qgm5xfo1_500

Publié dans Racontages de vie

Hôtesse de caisse, un métier comme les autres

(c) L'Express
(c) L’Express

Quand j’étais petite, mon père me disait toujours « Si tu travailles mal à l’école, tu finiras caissière. » Comme beaucoup de monde, il s’agissait pour lui – et pour moi, il ne faut pas se leurrer – d’un sous-métier, accessible aux personnes qui n’ont pas de diplômes, qui ne sont pas très futées. Et pourtant…

J’ai une licence et je suis caissière. Enfin, hôtesse de caisse, ça fait moins péjoratif. Parce que dans la vie, on ne fait pas toujours ce que l’on veut. Que trouver du travail s’avère être difficile et que l’argent ne tombe pas du ciel. Je pensais que ça ne serait que pour une durée déterminée, qu’un job alimentaire, persuadée que j’allais trouver un emploi dans mon domaine. Mais…

Je fais ce métier depuis quatre ans maintenant.

Les choses les plus dures à supporter ? Le regard de certains, celui qui vous fait sentir comme une merde parce que vous êtes de l’autre côté de la caisse. Les impolis, ceux qui ne vous regardent pas, parlent à leur téléphone et ne vous disent ni bonjour, ni merci, ni au revoir, ni merde. Les clients relous, parce qu’il y en a et plein ! Travailler les week-ends et certains jours fériés. Les horaires de fermeture.

Les choses qui deviennent habituelles et qu’on adore détester ? Entendre les mêmes phrases à longueur de journée : « Bonjour, vous êtes ouverte ? » – je vous ferai un article des plus belles perles, un jour, c’est promis ! Connaître les habitudes des gens, savoir que cette personne va mettre un temps infini à ranger ses courses qu’il y ait un ou dix clients derrière elle.

Les choses qui nous font passer une bonne journée ? Un sourire, un merci, un bonjour. Une discussion avec un(e) client(e) qu’on apprécie. Les collègues. Un coucou d’un enfant. La politesse d’un enfant. – J’ai quelques perles aussi, je vous raconterai ça.

Ce métier est dur. Voilà, je l’ai dit, c’est dur. Tout le monde se dit qu’il ne faut pas être sorti de Saint Cyr pour être hôtesse de caisse, qu’un idiot pourrait le faire. Alors je vous mets au défi : retenez plus de quarante codes de fruits et légumes, souriez toute la journée, dites « bonjour madame/monsieur, merci madame/monsieur, au revoir madame/monsieur« , ayez plus de 21 articles minutes, restez debout, portez des packs d’eau ou de bière à bout de bras, demandez de regarder dans les sacs de courses et les caddies, faites attention aux voleurs, rendez bien la monnaie, répondez aux clients qui cherchent un article et surtout, restez polis. Vous ne tiendriez pas une heure !

Alors la prochaine fois que vous êtes en caisse, pensez à ce que je viens de vous dire. Soyez courtois avec la personne en face de vous. Si elle est là, ce n’est pas forcément par plaisir. Peut-être qu’elle a un bac + 3 en journalisme et qu’elle essaie juste de survivre dans ce monde de fou. Souriez-lui, montrez-lui que vous voyez qu’elle existe. C’est peut-être un détail pour vous mais pour elle ça veut dire beaucoup (Merci France Gall).

A.

P.S : Moi, au moins, quand je lis Les tribulations d’une caissière d’Anna Sam, je ris.

Publié dans Cinéma, Livres, Séries

Passion Orgueil et Préjugés #1

Il y a deux types de personnes dans la vie : ceux qui ont lu Orgueil et Préjugés, et les autres (non, je rigole… Quoi que !?). Après qu’on aime ou pas, c’est une chose. Moi, j’ai adoré. Pas juste kiffé ou un peu aimé, non, c’est devenu une véritable passion. Bon, je n’en suis pas au point de me la jouer Coup de foudre à AustenLand ou de décorer mon appart’ avec des objets d’époque mais j’achète tout ce qui est en rapport avec l’histoire d’Elizabeth Bennet et de Mr Darcy : des livres, des dvds… Et ça commence à faire beaucoup, au grand malheur de l’Homme.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Je ne sais pas ce qui m’attire le plus dans ce roman : les personnages principaux, l’histoire en elle-même ou l’époque où elle se situe ? Je crois que c’est un tout qui me fait rêver. Attention, je ne fais pas partie de ces fanatiques – car il y en a – qui attendent leur Mr Darcy toute leur vie ! L’Homme n’a rien de comparable au gentleman inventé par Jane Austen et inversement. Disons que Mr Darcy est mon crush imaginaire qui me demande de l’épouser dans mes rêves les plus dingues (véridique, ça m’est déjà arrivé).

Alors imaginez ma joie quand, après avoir lu l’œuvre d’Austen, j’ai découvert qu’il existait des séries/films et des livres dérivés ! J’allais pouvoir continuer de voir vivre mes personnages préférés à travers d’autres histoires ! Et si je vous faisais un point sur tout ça ?

Les livres

  • Avec ou sans Mr Darcy ?, Abigail Reynolds (J’ai Lu)
  • Cher Mr Darcy, Amanda Grange (Milady)
  • Confessions d’une fan de Jane Austen, Laurie Viera Rigler (Milady)
  • Coup de foudre à AustenLand, Shannon Hale (Pocket)
  • Darcy, what else ?, Teri Wilson (Harlequin)
  • Darcy Gentleman – 1, Une telle assemblée, Pamela Aidan (Milady)
  • Darcy Gentleman – 2, En vain ai-je lutté, Pamela Aidan (Milady)
  • Darcy Gentleman – 3, Un mot de vous, Pamela Aidan (Milady)
  • De Darcy à Wentworth, Sybil G. Brinton (Milady)
  • Elizabeth Darcy, Abigail Reynolds (Milady)
  • L’autre Mrs Darcy, Elizabeth Aston (Milady)
  • La mort s’invite à Pemberley, P.D. James (Fayard)
  • Le journal de Mr Darcy, Amanda Grange (Milady
  • Le manuscrit perdu de Jane Austen, Syrie James (Black Moon)
  • Le rêve de Mr Darcy, Elizabeth Aston (Milady)
  • Me and Mr Darcy, Alexandra Potter (Ballantine Books)
  • Orgueil et Préjugés, Jane Austen (Folio classique)
  • Orgueil & Préjugés & Zombies, Jane Austen & Seth Grahame-Smith (Pocket)
  • Tribulations d’une fan de Jane Austen, Laurie Viera Rigler (Milady)
  • Une saison à Longbourn, Jo Baker (Stock)
  • Une saison avec Darcy, Elizabeth Aston (Milady)

Les films

  • Orgueil et Préjugés (1940)
  • Le journal de Bridget Jones (1996)
  • Orgueil et Préjugés (2003)
  • Coup de foudre à Bollywood (2004)
  • Orgueil et Préjugés (2005)
  • Austenland (2013)
  • Orgueil et Préjugés et Zombies (2016)

Les séries

Je sais qu’il existe encore plein d’autres romans et films mais voici pour l’instant ma collection. Une folie, j’en conviens. Mais qui s’est déjà lassé de Mr Darcy ?

D’autres dérivés à me faire découvrir ?

Publié dans Séries

Finissons White Collar

(c) D.R.
(c) D.R.

Après Hart of Dixie, j’ai décidé qu’il était temps de terminer une série que j’adore, White Collar. Il est vrai que j’ai mis plusieurs années à la regarder, l’oubliant pour privilégier d’autres shows plus récents, mais ma curiosité (et mon amour pour le duo Neal Caffrey/Peter Burke) m’a toujours ramené dans le droit chemin. Et après avoir revu les trois premières saisons et découvert les trois autres, il est temps de vous en parler !

White Collar (ou FBI Duo très Spécial en français – au secours, le nom de merde !) est une série policière américaine créée par Jeff Eastin en 2009. Elle comporte donc six saisons, plus ou moins intéressantes, il faut l’avouer. L’histoire repose sur Neal Caffrey, un talentueux faussaire qui accepte d’aider le FBI pour éviter la prison. En échange d’une liberté surveillée, il devra résoudre des enquêtes aux côtés de Peter Burke, l’agent qui l’a arrêté.

Le duo est composé de Matt Boomer (Magic Mike, Chuck), sublime en Neal Caffrey gentleman, sexy et artiste, et de Tim DeKay (Max la Menace, Les 4400), un Peter Burke loyal et futé. A leurs côtés, nous retrouvons principalement la sublime Tiffani Thiessen (que personne n’a oublié dans Sauvés par le Gong et Beverly Hills) qui joue Elizabeth Burke, la femme compréhensive de Peter, et Willie Garson (Sex and the City, Freaky Friday) qui interprète le délirant Mozzie, le génie amateur de vin et de proverbes complice de Neal.

(c) D.R.
(c) D.R.

Que dire ? Cette série est absolument génialissime ! Certes, certaines longueurs sont à déclarer mais quelle série n’en a pas, franchement ?! Bien que le domaine policier ne soit pas ma tasse de thé, j’ai adoré ce show, mélange d’investigations, d’humour et de relations humaines. Les épisodes sont liés par rapport à l’intrigue générale, et en même temps, chacun a sa propre enquête criminelle à résoudre en 42 minutes.

Les acteurs jouent incroyablement bien, et les personnages sont tous très attachants et ont leur importance dans l’histoire, ce qui n’est pas le cas dans toutes les séries. Même Elizabeth joue à l’agent du FBI de temps en temps !

La série a été achevée en 2014, avec un épisode final comme on (je) les aime. Une fin qui n’est pas bâclée et qui clôture ce show à merveille. White Collar nous apprend à aimer les séries policières et l’art dans sa globalité. A voir, je vous le recommande grandement !

Et vous, avez-vous aimé White Collar ?

Publié dans Séries

La découverte de Hart of Dixie

(c) The CW
(c) The CW

La programmation actuelle des séries ne me plaisant pas, j’ai décidé de faire appel à ma pas-si-vieille tradition en en choisissant une à dévorer du début à la fin. Celle-ci n’est pas si ancienne que peuvent l’être Sex and the City ou Veronica Mars mais c’est une belle découverte.

Hart of Dixie est une série qui date de 2011, créée par Leila Gerstein et diffusée sur la chaîne américaine CW. Elle raconte l’histoire de Zoé Hart, docteur new-yorkaise qui se voit dans l’obligation de devenir médecin généraliste pendant un an pour obtenir le poste de chirurgien qu’elle désire tant. Elle débarque donc dans une petite ville délurée d’Alabama, Bluebell, où sa vie changera du tout au tout.

La très stylée Rachel Bilson (Summer dans Newport Beach) interprète à merveille la folle et adorable Zoé Hart. À ses côtés, Wilson Bethel (The Astronaut Wives Club) joue Wade Kinsella, le bad boy, Cress Williams (Grey’s Anatomy, Urgences) est Lavon Hayes, le maire de Bluebell (que j’adore pour ses « No. No, No, No, No !« ). Jaime King (Sin City, Pearl Harbor) et Scott Porter (The Sex List, Friday Night Lights) sont respectivement l’insupportable Lemon Breeland et le gentil George Tucker.

(c) The CW
(c) The CW

Bon, soyons honnêtes, c’est une série TYPIQUE de filles. Tout est dans la romance, les triangles amoureux, les plans bien foireux pour rendre jaloux l’autre, etc. Je reconnais que certains moments m’ont ennuyés (avouons-le, dans une série, il y a toujours une période un peu inutile qui donne envie de tout lâcher !) mais le reste était délicieux. J’ai souvent ri, quelques fois pleuré et d’autres, complétement halluciné. Car oui, cette bourgade d’Alabama est totalement hors du temps et j’avoue que me retrouver là-bas me ferait un peu peur. Dans quelle autre ville pourriez-vous trouver des « Belles », un alligator appelé Burt Reynolds et des festivals pour tout et n’importe quoi ? Il y a que Bluebell pour faire ça !

Les personnages sont attachants à leur manière. On a quelques fois envie de leur secouer un peu les puces pour qu’ils se reprennent en main et ils arrivent toujours à se fourrer dans des situations impossibles mais c’est ce qui fait leur charme. Mention spéciale à Jaime King qui joue parfaitement le rôle de la « freak-control » manipulatrice et cheftaine au possible.

La série a été annulée en 2015 après 4 saisons. Mais « heureusement », la production a pu être achevée pour que les téléspectateurs ne restent pas sur leur faim. Ainsi, alors que les trois premières saisons comprennent 22 épisodes, la dernière n’en a que 10 mais ils sont absolument géniaux ! Et le dernier est une pure merveille – même si, sans spoiler, les deux dernières minutes auraient pu être évitées : vive les clichés !

En me relisant, je me dis que j’ai l’air assez mitigée sur cette série. Je ne la vends pas comme j’ai pu le faire avec les autres mais comprenons-nous bien, Hart of Dixie est une série que j’ai aimé regarder. On se prend vite au jeu de vouloir voir l’épisode d’après (« et puis j’arrête. Oh non, la fin était trop bien ! Bon, l’épisode d’après et j’arrête » etc – vous m’avez comprise, on est tous comme ça !). Certes, ce n’est pas la meilleure de tous les temps mais elle vaut la peine d’être vue.

Et vous, avez-vous aimé Hart of Dixie ?

Publié dans Séries

Les morts-vivants sont des gentils dans iZombie

(c) The CW Television Network
(c) The CW Television Network

iZombie est une de mes séries coup de coeur de 2015. Diffusée par la chaîne américaine CW, elle a été créée par Rob Thomas, le génie qui a imaginé Veronica Mars, et Diane Ruggiero, sur la base d’un comic book portant le même nom. L’histoire est celle de Liv, étudiante en médecine qui se retrouve transformée en zombie lors d’une soirée. Elle doit apprendre à vivre avec ce secret, quitte à larguer son petit ami et devenir employée dans une morgue. Là-bas, couverte par son patron, elle dévore les cerveaux des défunts. Leurs souvenirs deviennent alors les siens et grâce à eux, elle peut aider un détective à résoudre des enquêtes.

(c) The CW Television Network
(c) The CW Television Network

Côté acteurs, l’héroïne est interprétée par Rose McIver (Masters of Sex, Lovely Bones). A ses côtés, Robert Buckley (Clay dans One Tree Hill) joue Major, l’ancien fiancé, David Anders (l’Oncle John dans The Vampire Diaries) est Blaine, le méchant zombie, et Malcolm Goodwin et Rahul Kohli sont respectivement le détective Clive Babineaux et Ravi, le patron/ami de Liv.

On aime :

  • L’histoire en elle-même. C’est drôle et rafraîchissant ! Les zombies parlent, vivent comme des êtres humains et Liv est une centaine de personnages à elle toute seule vu qu’elle change de personnalité à chaque épisode (un jour, artiste nymphomane, l’autre, adolescente surexcitée).
  • Robert Buckley. Soyons honnête, j’ai commencé à regarder cette série car le pitch me plaisait bien et surtout parce que l’acteur était au casting. Sachez que dès qu’un acteur de One Tree Hill commence une nouvelle série, je fonce ! – Comme avec Sophia Bush et Chicago P.D. ; exception faite pour Chad Michael Murray dans Marvel’s Agent Carter et Chosen.
  • Les quelques scènes avec Aly Michalka (Hellcats) qui joue la meilleure amie de Liv. J’adore cette actrice !
  • Le générique fait en comic. Et sa musique. Parfaits !

Pas de « On n’aime pas » pour cette fois : j’ai beau me creuser la tête, cette série ne m’ennuie en rien. J’en voudrais plus, plus et encore plus ! Pour les retardataires, la première saison a déjà été diffusée entièrement et la deuxième est prévue pour le 6 octobre prochain.

A vos site de téléchargement streaming !

Publié dans Voyages

Lune de miel aux Seychelles

Logiquement, quand on se marie, on part ensuite en voyage de noces. Comme je vous l’avais dit dans mon article intitulé Dans mes rêves, nous avions pensé à Belize. Le fait est qu’en septembre, Belize fait face à des ouragans, des pluies torrentielles et autres malheurs causés par Dame Nature… Pas le top quand on veut du soleil. Après plusieurs recherches sur internet – « où partir en septembre » -, nous avons finalement décidé de porter notre choix sur une destination de rêve, très connue pour les lunes de miel : les Seychelles.

Les Seychelles : archipel de 116 îles dans l’Océan Indien, situé au nord de Madagascar. Langues parlées : créole seychellois, anglais et français. Connu pour : ses plages paradisiaques, comme Anse Source d’Argent où ont été tournés plusieurs publicités et films comme Seul au monde, avec Tom Hanks. Emblème : le cocofesse.

Je vous passe les 24 heures de voyage, Airbus A380, escale à Dubaï, bus de l’aéroport au port et bateaux pour naviguer de Mahe à Praslin et de Praslin à La Digue inclus. Je vous dirais seulement que j’avais déjà des coups de soleil avant même d’arriver à destination. Et que je retiendrais toute ma vie qu’il faut être à l’air frais sur un bateau sous risque d’être malade comme un chien (l’arrivée de rêve, l’angoisse).

Les hôtels étant plus beaux les uns que les autres, nous avons beaucoup hésité pour au final choisir Le domaine de l’Orangeraie, un hôtel 5 étoiles situé sur l’île de La Digue. Autant vous dire que nous n’avons pas été déçus ! Nous avons été reçus comme des rois ; et parce que nous étions en voyage de noces, nous avons été surclassés au niveau de la villa (oui, là-bas, on parle en villa), en plus de nous voir offrir un soin en spa pour moi et un diner « nuit de noces » dans le restaurant de l’hôtel.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Au programme, Villa de Charme avec une sublime décoration, un lit King Size, une salle de bain extérieure de malade avec baignoire où on peut rentrer à deux (sachant que l’Homme n’est pas un petit gabarit et qu’on a de l’eau jusqu’au cou) et douche de folie que même s’il pleut, tu t’en fous tellement ça fait du bien et que le cadre est idéal.

L’hôtel est tout en hauteur, rien que des petites (je ne peux pas dire ça, certaines ont une piscine privée) villas qui se fondent dans la nature. Il comprend également un magasin, un spa, un restaurant et un second restaurant « buffet à volonté » où le thème change tous les soirs (petit plus du restaurant : on a les pieds dans le sable en mangeant). Tout n’est que luxe mais ce n’est pas ostentatoire pour autant : disons que c’est du beau luxe, très naturel, qui ne fait pas tâche dans le paysage. Mais le plus incroyable reste la piscine et la vue qu’on a de celle-ci (surtout au coucher du soleil avec vue sur Praslin). Piscine avec son bar où on peut boire des cocktails délicieux tout en étant dans l’eau. Un décor de rêve.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Et l’hôtel a même sa plage privée ! Avec des matelas-lits énormes pour pouvoir se prélasser devant un paysage de rêve.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

L’île de La Digue est relativement petite, on peut en faire le tour en une journée. Certains choisissent le vélo mais nous avons préféré la visiter à pied en longeant la mer. Les paysages sont à tomber et chaque plage est plus belle que la précédente. Honnêtement, on se croirait dans une carte postale. Nous avons croisé des araignées noires et oranges aussi grosses qu’une main d’homme (beurk, beurk, beurk), nous avons failli nous faire exploser le crâne par des noix de coco qui tombaient des cocotiers en faisant un bruit lourd et flippant, et nous avons vu des bananiers et une énorme tortue de terre qui se baladait sur la route. Elle a même fait un sourire pendant qu’on la prenait en photo (si, si, j’vous jure !).

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M. & BeFunky Collage
(c) Anaïs M. & BeFunky Collage

Alors, évidemment, on a pris quelques jours pour, le matin, se balader et visiter, et l’après-midi, traîner au bord de la piscine. Puis on s’est dit qu’il fallait aller plus loin et faire du snorkeling pour voir les beaux poissons de l’Océan Indien. Au programme, les îles Coco et Félicité, où on a vu une tortue de mer adorable, puis les îles Saint Pierre et Curieuse, et enfin l’anse Georgette.

Encore une fois, je ne vous dirais pas que le snorkeling et moi ça fait deux, que j’ai une trouille affreuse de nager dans la mer sans avoir pied + de regarder dans l’eau, et que j’ai accepté de faire ça uniquement pour faire plaisir à l’Homme qui en rêvait. Et que le corail, ça fait mal et ça coupe beaucoup. Je reconnais tout de même que les poissons étaient fabuleux, avec des couleurs incroyables. Mais je retiendrai, en plus des énormes coups de soleil qu’on s’est chopés, les magnifiques plages de sable blanc, la douche chaude de 5 minutes (merci la pluie !) prise pendant qu’on visitait l’île Curieuse, ses énormes tortues de terre et sa « Doctor’s House », et surtout les panoramas à couper le souffle.

(c) Anaïs M. & BeFunky Collage
(c) Anaïs M. & BeFunky Collage

Ce voyage a été le plus beau de toute ma vie. Parce qu’il était spécial en tellement de points : c’était notre voyage de noces, notre hôtel était un rêve éveillé, les paysages étaient sensationnels, le temps idyllique (oui, on a eu de la pluie pendant 5 minutes chaque jour mais honnêtement, ça faisait plus de bien qu’autre chose) et tout n’était que beauté.


Alors oui, évidemment, il faut un certain budget pour un voyage comme celui-ci, encore plus en prenant un hôtel haut de gamme, mais le jeu en vaut largement la chandelle. Nous sommes partis 10 jours et je pense que c’était suffisant. Les gens sont gentils, ils font tout pour vous arranger si jamais vous avez un problème. A faire si vous en avez l’occasion. Moi, j’y retourne dès que je peux !