Publié dans Livres

Orgueil & Préjugés, le chef d’oeuvre de Jane Austen

(c) D.R.
(c) D.R.

Si j’adore les séries télévisées, ma grande passion reste la lecture. Et parce que lire est un loisir qui est en train de se perdre, je souhaiterai vous parler, de temps en temps, des livres que j’ai aimé – ou pas. Alors pour commencer cette nouvelle rubrique, je dois absolument vous parler de mon roman préféré, Orgueil & Préjugés, de Jane Austen.

L’histoire se passe dans un petit village d’Angleterre, sous le règne de George III. Mrs. Bennet veut marier ses filles afin de leur assurer un avenir serein. L’arrivée de nouveaux voisins, Mr. Bingley et son ami Mr. Darcy, plonge Jane et Elisabeth, les aînées, dans des affaires de coeur tumultueuses. Cette dernière découvre l’amour en rencontrant le bel et aristocratique Darcy. Pourtant, tous deux devront passer outre leur orgueil et les mauvaises interprétations qui s’ensuivent avant de tomber dans les bras l’un de l’autre à la grande surprise des Bennet.

(c) Notre Cinéma
(c) Notre Cinéma

Du film au livre

J’avais vu l’adaptation cinématographique de Joe Wright, avec Keira Knightley et Matthew MacFadyen, et j’avais adoré. Alors, je me suis dis < Pourquoi ne pas lire le livre ? >. Mais j’avais cette appréhension. Je ne sais pas vous, mais j’ai souvent été déçue en ce qui concerne l’adaptation sur grand écran d’un livre : des passages importants n’y sont plus, les personnages vous semblent différents, des lieux ont été changés, etc. Alors, pour Orgueil & Préjugés, je pensais que ça allait être comme tous ces films remodelés qui n’ont rien à voir avec le roman.

Mais à ma grande surprise, ce ne fut pas le cas. Au cours de ma lecture, je me suis rendue compte que Joe Wright avait magnifiquement respecté l’oeuvre de Jane Austen, en gardant les personnages, les lieux et même certaines paroles ! Évidemment, des petits détails ont été modifiés, mais rien de bien flagrant à mes yeux…

Et ce roman, comme le film, est simple et drôle. Vous savez, c’est un de ces films qui vous embarquent totalement et qui vous font rêver. Après le générique de fin, notre seule idée est de trouver notre Mr Darcy attitré.

Pourtant, et bien qu’il est certes très dur de passer outre Matthew MacFadyen habillé en costume d’époque, il ne faut pas oublier le fond du livre/film, basé sur les véritables problèmes qui figuraient dans la société de l’époque. Car à travers son oeuvre, Janes Austen a voulu démontrer combien l’argent faisait le « bonheur » lorsqu’on parlait de mariage. Et combien le statut social de la personne à épouser était important. On ressent très fortement cette nécessité que les parents (surtout les mères, ici) avaient à marier leurs enfants.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Le roman a été un véritable succès dès sa parution en 1813. Pourtant, Jane Austen n’en a tiré aucune notoriété car son livre n’a pas été signé de ses nom et prénom. A l’époque, sa condition de femme de la bonne société lui interdit de revendiquer le statut d’écrivain à part entière. Quand on pense qu’aujourd’hui, elle est une référence en matière de littérature…

Publié dans Séries

Et Gossip Girl est…

(c) Hollywood Inside
(c) Hollywood Inside

Diffusée depuis 2007, Gossip Girl, la série de John Schwartz et Stephanie Savage – tirée du roman de Cecily Von Ziegesar – a tiré sa révérence. Pendant six ans, ses héros de Upper East Side nous ont fait vibrer au rythme de leurs liaisons et trahisons. Qui n’a jamais rêvé d’être la meilleure amie de Blair, le grand amour de Dan, ou encore de participer à la soirée de Cotillon et d’arpenter les rues de New York dans de somptueux vêtements ?

On retiendra par dessus-tout le générique, l’épique histoire d’amour de Blair & Chuck, l’amitié mouvementée de B. et S., la haine qu’on éprouve envers Bart Bass, la bitch’ittude de Georgina Sparks et surtout le « I’m Chuck Bass » ultra sexy d’Ed Westwick – lui aussi, ultra sexy, avouons-le.

[ SPOILERS ]

Gossip Girl est terminé. Les trois dernières minutes de l’épisode final sont un vrai feu d’artifice. Tout se règle comme par magie. Blair et Chuck sont enfin réunis ET mariés. J’avoue avoir été un peu déçue du mariage, fait à la va-vite dans Central Park. Après tant d’années de « je t’aime moi non plus », j’imaginais quelque chose de plus romantique, de plus « trois mots, huit lettres » quoi ! Ivy a enfin ce qu’elle mérite, c’est-à-dire rien, puisque William la traite comme une moins que rien. Dan et Serena sont finalement de nouveau ensemble. Etc, etc.

Si les relations entre les personnages ont été au coeur de la série, il ne faut pas oublier que la principale énigme a toujours été « Qui est Gossip Girl ? » . Une question qui a désormais sa réponse puisqu’on découvre que celui qui se cachait derrière tous ces potins n’était autre que Dan Humphrey, le lonely boy en personne ! Le seul à qui je n’avais jamais pensé ! Quelle surprise et quel magnifique retournement de situation !

Le défilé des personnages pendant la découverte de Gossip Girl est parfait. Le petit clin d’oeil avec Kristen Bell également – vous n’êtes pas sans savoir qu’elle a été la voix de G.G durant ces six saisons.

Pour finir, le petit espace-temps, « 5 years later » : idée brillante. Nate sera-t-il le nouveau Michael Bloomberg ? Plus attendrissant, la découverte d’Henry, le petit garçon de Chuck et Blair – qui ont l’air toujours aussi amoureux. Le retour d’Eric et de Jenny, qu’on n’avait pas vu depuis un sacré bout de temps.  Et tout ce beau monde réuni pour célébrer le mariage de Dan – qui porte un peu trop de gel à mon goût – et Serena. Tout est bien qui finit bien, en fait.

Et que seraient les séries sans une fin ouverte ? Il semblerait qu’une nouvelle Gossip Girl est prête à reprendre le flambeau.

Watch out, New York.

X.O.X.O, Gossip Girl.