Publié dans Séries

Restons coincés « Under The Dome »

(c) D.R.
(c) D.R.

Under The Dome est la nouvelle série de CBS. Au programme, Chester’s Mill, petite ville du Maine, qui se retrouve piégée sous un dôme venu de nulle part et à la consistance inconnue. Les habitants se retrouvent alors livrés à eux-mêmes, luttant pour trouver un moyen de passer de l’autre côté, le tout sans que les secrets ne s’ébruitent.

Brian K. Vaughan est le créateur à l’origine de l’adaptation de la saga écrite par le très célèbre Stephen King. [ D’ailleurs, curieuse comme je suis, j’ai acheté les deux tomes, et je vous posterai un article sur mes impressions, les différences entre le livre et la série, etc. ] B.K. Vaughan est connu pour avoir été le scénariste de nombreux épisodes de Lost, les disparus.

Au casting, beaucoup de visages connus. On retient Rachel LeFevre, Victoria dans Twilight, identifiable même de dos grâce à sa sublime chevelure rousse. Elle joue Julia Shumway, la journaliste fouineuse. Dean Norris – Hank Schrader dans Breaking Bad – incarne quant à lui Big Jim Rennie, le gentil méchant. Et enfin Britt Robertson, l’héroïne de Secret Circle, est la fille banale (voir ci-dessous).

On aime :

  • L’histoire en elle-même : un dôme qui apparaît comme par magie et qui entraîne tout un tas d’événements, des gens prêts à s’entretuer pour voler de la nourriture, deux jeunes qui font une crise d’épilepsie à chaque fois qu’ils se touchent… Avouez que ça donne envie !
  • Le côté addictif de la série. On ne comprend rien à l’histoire – pourquoi ce dôme ? qui l’a mis là ? pourquoi ? – et les indices pour répondre à ces questions sont tellement infimes dans chaque épisode qu’on a juste hâte que la semaine passe à une vitesse incroyable pour voir le prochain.
  • Barbie, interprété par Mike Vogel, aperçu dans La couleur des sentiments ou (S)ex List. Le cliché du type sexy qui veut sauver le monde… Déjà vu mille fois mais on adore toujours autant !

On n’aime pas :

  • Le rôle d’Angie, joué par Britt Robertson. Dans l’épisode 8, on comprend qu’elle sera un personnage important dans la suite de l’histoire mais pour l’instant, elle est juste la fille à qui tous les malheurs du monde arrivent. Une sorte de Bella dans Twilight, voyez-vous… Espérons qu’elle sera plus intéressante après parce que là, c’est pas gagné.

Envie de rester coincé à Chester’s Mill ?

Publié dans Séries

The Fosters, encore une famille télévisée

The Fosters
(c) D.R.

Parenthèse On /

Eh oui, vous ne rêvez pas, je suis de retour. Et j’ai honte. Mon dernier article date de mai, soit d’il y a 3 mois… Nous dirons que j’ai été très occupée, bla bla bla, mais la vérité est que je n’avais plus cette envie d’écrire. Peut-être par manque d’inspiration ou seulement par flemme. Mais me revoilà ! Et aujourd’hui, nous allons parler de la série The Fosters.

(Personne ne me lit, mais on s’en fout. J’ai dans l’espoir qu’un jour…)

PS : Je recherche toujours un poste de journaliste rédactrice en culture. Merci !

Parenthèse Off /

Depuis le début du mois de juin 2013 est diffusée sur la chaîne ABC Family la série The Fosters. Elle raconte l’histoire de deux lesbiennes, mères biologique et adoptives de trois adolescents, qui accueillent au sein de leur tribu, deux nouveaux enfants à l’antécédent familial compliqué.

Alors oui, encore une série sur la famille ! Mais en ces temps où, selon moi, les nouvelles bonnes séries se font rares, il est important de noter qu’elle est agréable à regarder. Certes, ce n’est pas du Dexter ou du Game of Thrones où chaque sortie d’épisode est un événement, mais c’est une série tout de même très sympathique.

Et nous la devons à Bradley Bredeweg et Peter Paige – acteur à ses heures perdues que vous avez pu voir dans Will & Grace ou encore Bones. Les deux créateurs se sont associés pour l’occasion à une productrice bien particulière puisqu’il s’agit de Jennifer Lopez. Jenny from the block penserait-elle à une reconversion ? Affaire à suivre.

Côté acteurs, il est facile de reconnaître quelques têtes, vues par-ci par-là dans des séries américaines. Mais niveau nom, rien ne nous vient vraiment en bouche. Un peu d’aide : Terry Polo, aperçue dans Mon beau-père et moi, et Sherri Saum jouent respectivement Stef et Lena, les mamans. Dans le rôle du papa alcoolique déprimé parce que sa femme est devenue lesbienne, Danny Nucci vu dans World Trade Center ou encore Titanic. Bon, il était hyper jeune, mais il jouait Fabrizio De Rossi, le compère de Léo au tout début du film. Enfin, les plus jeunes d’entre nous – et les plus fans des films de filles – replaceront Cierra Ramirez, vue récemment dans Girls attitude : mode d’emploi. Elle joue dans la série le rôle de Mariana

On aime :

  • Si les meilleures séries sur le thème de la famille resteront pour moi Notre belle famille, The Cosby Show et Ma famille d’abord, The Fosters apporte un poil de modernité (certes déjà vu dans Modern Family). Mariage et concubinage homosexuel, adoption par des parents homosexuels, sexe, viol : tous les sujets qui font la une depuis quelques années y sont abordés.

Dans mes derniers articles, qui concernaient Cult et Hannibal, je vous affirmais que ces séries étaient des petites merveilles et qu’on les verrait grandir. Apparemment, j’ai eu tout faux puisque les deux sont annulées. Et autant, je trouve The Fosters très bien, autant, je ne vois pas ce que pourraient raconter d’autres saisons. Pour moi, la série n’est pas faite pour durer, malgré sa qualité.

Faites rapidement la connaissance d’une famille extraordinaire.