Publié dans Séries

La découverte de Sex and the City

(c) D.R.
(c) D.R.

J’ose me définir comme une fan de séries télévisées alors qu’il n’y a pas si longtemps, mon regard sur la série la plus cultissime au monde se limitait à deux secondes. J’avoue être restée sur l’image de ma mère me disant que j’étais trop jeune pour la visionner.

Mais, étant en manque de bonnes séries avant la rentrée officielle sur les chaînes américaines, j’ai finalement cédé à la tentation de Sex and The City. Alors oui, ce n’est pas nouveau, bon nombre d’entre vous l’ont déjà découverte mais je permets tout de même de revenir sur l’une des séries les plus célèbres de tous les temps.

Sex and the City est tiré de récits écrits par la journaliste Candace Bushnell et importé à l’écran par Darren Star. L’histoire met en scène quatre célibataires new-yorkaises. Pas besoin de les présenter, vous les connaissez toutes, mais pour la forme : Carrie, la journaliste chroniqueuse qui s’occupe de la rubrique sexe du New York Times. Charlotte, la galeriste puritaine prête à tout pour trouver l’homme de sa vie. Miranda, l’avocate cynique effrayée par les relations. Et enfin, Samantha, la croqueuse d’homme. Mention spéciale à Chris Noth, qui joue le beau mais infame Mr Big, ainsi qu’à Willie Garson (Mozzie dans White Collar) qui interprète Stanford Blatch, le meilleur ami gay de Carrie.

En commençant cette série, la première chose qui saute aux yeux, en plus de la basse définition (et qualité) de l’image, c’est le sublime – notez l’ironie – style vestimentaire des actrices. Bon, il faut remettre la chose dans le contexte, nous sommes en 1998 ! Le coloré à fleur est de rigueur, et ce qu’on trouve ringard à présent était à la pointe de la mode à l’époque. Je dois dire que je suis contente de n’avoir eu que 9 ans cette année-là, les photos souvenirs étant déjà assez honteuses grâce aux caleçons à fleurs.

Durant toutes les saisons (il y en a quand même 6 !), des guests apparaissent et disparaissent le temps d’un épisode. Ainsi, on retrouve avec plaisir Bradley Cooper, Matthew McConaughey, Kat Dennings (qui doit avoir 13 ans), Alanis Morissette, Vince Vaughn ou encore Sarah Michelle Gellar. A croire que les guests sont la recette miracle de la série, en plus de la fabuleuse amitié des quatre personnages + l’intrigante histoire d’amour entre Big et Carrie.

Car oui, quelle fille n’a jamais rêvé d’avoir une bande de copines avec qui elle partagerait tout, sans aucun tabou ? Qui n’a pas rêvé de rencontrer cet homme qui vous fera faire tout un tas de conneries – pardonnez l’expression mais « bêtises » aurait été encore trop faible – et tout oublier rien qu’en vous prenant dans ses bras ? Alors, même si nos goûts pour les vêtements ont légèrement changé depuis la fin des années 90 – Dieu merci ! – , la série reste indémodable car elle aborde des questions que les femmes se sont posées avant nous, et se poseront après, et ce, à tout âge :

  • Pourquoi suis-je célibataire ?
  • Quand vais-je rencontrer l’homme de ma vie ?
  • Est-ce vraiment le bon ?
  • Pourquoi ça n’arrive qu’à moi ? – alors que non, ça n’arrive pas qu’à nous…
  • Toutes les questions liées au sexe (et qu’est-ce qu’elles sont nombreuses !)
  • Etc…

Vous l’aurez compris, je ne regrette pas ce retour dans le temps en regardant pour la première fois Sex and the City. Le plus, parmi tous les autres, les épisodes ne durent que 21 minutes. Ni trop court, ni trop long : un bonheur !

PS : Après la série, je regarderai les films et je pourrais enfin tout comprendre dans The Carrie Diaries, qui raconte l’adolescence de Carrie. J’ai hâte !

PS 2 : Trop de répétitions du mot « série ». J’en suis désolée… Mais existe-t-il un autre terme ?

Publicités

Auteur :

Ne laisse pas ta flamme s'éteindre étincelle après précieuses étincelles, dans les eaux putrides du presque, du pas encore ou du pas du tout. Ne laisse pas périr ce héros qui habite ton âme dans les regrets frustrés d’une vie que tu aurais méritée, mais que tu n’as jamais pu atteindre. Tu peux gagner ce monde que tu désires tant, il existe, il est bien réel, il t’appartient. Tout est possible. Ayn Rand ♥

2 commentaires sur « La découverte de Sex and the City »

  1. J’ai adoré cette série, et je me souviens qu’elle passait le soir en 2 eme heure, car oh my god il y a des scènes de sexe !!! En tout cas mention spéciale à leur tenue vestimentaire …. ou pas 😉
    ça me donne aussi envie de la regarder à nouveau en plus de One tree hill mais pour l’instant je ne peux pas je n’ai pas finis Grey’s anatomy !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s