Publié dans Musique, Sorties

Maroon 5 @ Bercy

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Après une annulation de concert, une reprise de places et une bonne année d’attente, ça y est ! J’ai enfin pu voir Maroon 5 en concert – rappelez-vous, je vous en avais parlé dans mon article sur 2014. C’était ce dimanche 19 janvier au Palais Omnisport de Paris Bercy, et c’était DE-MEN-TIEL !

On ne retiendra pas la galère pour chercher une place pour se garer – trouvée à 20 minutes à pied de Bercy -, ni les très très longues queues pour arriver dans la salle de concert… Sérieusement, je n’avais jamais vu un monde pareil. Certaines personnes étaient sur place dès 5h du matin pour avoir les meilleures places ! Digne d’un concert de Madonna !

Comme tout concert qui se respecte, il y a eu des premières parties. Oui oui, des. Le premier artiste à passer était PJ Morton. Le pianiste et choriste de Maroon 5 vient de sortir son album solo, New Orleans, et a pu interpréter certains de ses morceaux sur la scène de Bercy, accompagné de James Valentine, le guitariste du groupe. Mélange de soul et de R&B, avec une bonne dose de groove, c’est une très bonne découverte, comme son titre Only One, en featuring avec Stevie Wonder – qui n’était pas là, faut pas rêver.

Passons sur l’attente de dix minutes – nos pieds font mal, il fait chaud, les premiers malaises commencent à se faire dans la fosse, on a soif, notre dos fait mal, on est serrés comme des sardines, etc.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Viens la deuxième partie, j’ai nommé Monsieur Robin Thicke ! Rien que ça, oui ! Le mec a ouvert son show sur Give it 2 U pour enchaîner sur des titres moins connus.

Superbe dans un costume noir en velour (il me semble), l’homme est un véritable show-man. Il est également un excellent pianiste, je ne m’attendais pas à ça.

Vous l’aurez compris, Robin Thicke a littéralement mis le feu à Bercy. Mais l’ambiance n’était en rien comparable à ce qui s’est produit quand il a interprété Blurred Lines. Une véritable explosion dans le public, tout le monde dansait et chantait, c’était incroyable !

Passons la grosse demi-heure d’attente pour voir enfin Maroon 5 – nos pieds font plus mal que jamais, les malaises se multiplient à vitesse grand V, le public entonne à l’unisson Locked Out of Heaven de Bruno Mars, une ola démarre et fait 5 tours de salle…

Et enfin, les lumières s’éteignent. L’excitation de les voir monte en puissance, un Adam Levine vert commence à chanter les premières notes de One More Night sur les écrans géants. Les projecteurs éclairent la scène, le groupe apparaît et l’hystérie est à son apogée !

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Pendant une heure, Maroon 5 enchaîne leurs titres, de This Love à Payphone. Adam Levine s’autorise même à reprendre quelques morceaux comme Be My Baby de The Ronettes et Get Lucky de Daft Punk feat. Pharrell Williams.

Les filles – dont moi, avouons-le – s’extasient devant Adam Levine, plus sexy que jamais (enfin peut-être pas plus sexy que là), qui enlève sa chemise – pour dévoiler un tee-shirt, dommage -, joue avec le drapeau de la France ou encore comprend que nous ne sommes pas très bons en anglais et parle « distinctement et doucement ». Et en plus, le chanteur a vraiment une voix incroyable, qu’im manie comme il veut. Est-il l’homme parfait ?

L’ambiance est au top, les musiciens sont excellents, ça danse, ça chante, bref, c’est ce que j’appelle un p*tain de concert ! Mais la fin arrive trop vite, le rappel se fait. Adam Levine divise le public en groupe A et B pour entonner She Will Be Loved, un dernier salut du groupe et c’est fini. Le temps passe trop vite quand on s’amuse…

En conclusion, je ne regrette pas l’annulation de concert, la reprise de places et la bonne année d’attente, car ce concert était juste mortel. Si je m’attendais à entendre beaucoup de morceaux de leur nouvel album, Overexposed, les garçons ont préféré jouer la carte de la sécurité et reprendre beaucoup de chansons de leur album Songs About Jane – qui est dans mon top 5, rappelez-vous – donc ce n’était absolument pas pour me déplaire. Leur énergie était vraiment communicative.

Bon, seul bémol, c’est que je n’ai pas vu grand chose du concert. Quelle idée de faire moins d’1m70 ? Heureusement qu’il y avait des écrans géants. Mais au final, ce n’était pas grave. Car c’était vraiment un pur moment de bonheur…

Et vous, y étiez-vous ? Racontez-moi tout !

Publié dans Séries

Ravenswood, fais moi peur

(c) ABC Family
(c) ABC Family

Ravenswood est le spin-off de Pretty Little Liars. La série a été imaginée par I. Marlene King, bien décidée à continuer à sa façon son adaptation de PLL. L’histoire commence après l’épisode 13 (l’épisode d’Halloween) de PLL, quand Hannah dit à Caleb de rester avec Miranda à Ravenswood, petite ville terrifiante où les habitants sont plus bizarres les uns que les autres. Miranda est en ville pour retrouver son oncle, seule famille qu’il lui reste. Caleb va l’aider dans sa quête, en plus d’essayer de résoudre le mystère de cette bourgade.

Alors oui, j’arrive un peu tard, déjà 7 épisodes ont été diffusés sur ABC Family, mais je me demandais si je devais écrire cet article. Vous comprendrez pourquoi plus tard.

Les plus

Ce que j’apprécie, c’est que les téléspectateurs n’ont pas besoin de connaître Pretty Little Liars pour regarder Ravenswood. A part le fait qu’Hannah soit la petite-amie de Caleb – et encore, on le comprend très vite -, il n’y a rien à savoir en particulier : l’histoire, même si elle est liée avec celle de PLL, est différente, tout comme les personnages.

Tyler Blackburn, qui joue Caleb, est davantage mis en avant dans ce spin-off. De nouvelles têtes font leur appartition… Tout d’abord, Nicole Gale Anderson (Heather dans Beauty and the Beast) interprète Miranda, la jeune orpheline. Brett Dier (The Secret Circle) est Luke, Britne Oldford (Skins) joue Remy et Merritt Patterson, déjà vue dans Kyle XY, est Olivia.

La réalisation est la même que dans Pretty Little Liars, les scènes étant filmées d’une façon un peu flippante. Et justement…

(c) ABC Family
(c) ABC Family

Les moins

J’étais vraiment contente de découvrir le spin-off mais malheureusement, je n’ai pas pu finir le premier épisode.

Je suis un peu (beaucoup) une peureuse dans l’âme, il faut le savoir. Alors les films d’horreur et autres choses qui font flipper, très peu pour moi. Si, dans PLL, il m’arrive d’avoir peur, dans Ravenswood, je suis constamment en train de sursauter ou de me cacher les yeux. Je redoute chaque moment où un personnage se retrouve seul car je sais que quelque chose – ou quelqu’un – va apparaître en coup de vent. Et je déteste ça. Le personnage à la « The Grudge » aura eu raison de moi, c’est triste, je sais, mais c’est au-dessus de mes forces. J’ai dû renoncer à Ravenswood.

J’espère que vous sauriez l’apprécier comme il se doit, racontez-moi ce qu’il s’y passe, faites-moi signe si le personnage de The Grudge quitte rapidement Ravenswood, peut-être dans ce cas ferais-je un effort pour regarder. Dites-moi si la série vous a plu ou si comme moi, vous n’avez pas pu aller au bout du premier épisode.

Frissonnez devant Ravenswood.

Publié dans Musique

Top 5 des meilleurs albums de tous les temps

(c) D.R
(c) D.R.

Je parle toujours de séries sur ce site, mais jamais de musique. Pourtant, selon moi, la musique améliore grandement la vie. Elle l’égaie, lui donne un sens – et nous sert parfois à se croire dans un clip, quand, écouteurs dans les oreilles, on marche dans la rue en rythme.

Il existe des albums dont on ne se lassera jamais. On les connaît par coeur, on adore les chanter à tue-tête, et chacune des pistes est aussi bonne que la précédente. Ils sont peu nombreux, mais notre vie sans eux serait incomplète. Pour mieux me cerner, je vous propose de connaître – et d’écouter si vous êtes curieux -, mon top 5 des albums que j’aime d’amour :

Songs about Jane 5) Songs About Jane, de Maroon 5 (2002)

C’est celui qui m’a fait connaître et aimer ce groupe. Songs About Jane est leur tout premier album et pourtant, il est si bon, si travaillé. Il est l’un des seuls opus de ces dix dernières années que je trouve vraiment parfait. Toutes les chansons sont excellentes, me font sourire et danser mais également pleurer. J’irai même jusqu’à dire que la dernière, Secret, est la plus belle de toutes. Je ne remercierai jamais assez cette Jane, copine d’Adam Levine à l’époque, pour leur avoir inspiré ces chansons.

4) D’Eux, de Céline DionD'Eux (1995)

Surpris, hein ? Oui, je sais, Céline Dion, sa voix, son mari Réné, bla bla bla… Mais avez-vous déjà écouté cet album ? La chanteuse canadienne a collaboré avec Jean-Jacques Goldman sur cet opus et le résultat est juste magnifique. Les chansons sont aussi bien douces que rythmées, et faire des vocalises sous la douche en essayant de reproduire ce que fait Céline est un véritable plaisir.

Hotel California 3) Hotel California, de The Eagles (1976)

Tout simplement parce que ma chanson préférée au monde est Hotel California. Oui, c’est super cliché, c’est sûrement celle de tout le monde dans le monde, mais on n’y peut rien si elle est juste géniale, et magnifique, et parfaite ! Le magazine Rolling Stone l’a même classée comme une des 500 plus grandes chansons de tous les temps, c’est pour dire ! Et l’album est dans la continuité de ce chef-d’oeuvre.

2) 5, de Lenny Kravitz 5(1998)

Evidemment, il ne pouvait pas y avoir de Top 5 sans mon Chouchou. Tous ses albums sont terribles mais 5 est celui que je préfère par dessus tout. Le mettre à fond chez moi et chanter comme une folle, fredonner les airs avant même que la musique commence, c’est ce qui me fait penser que cet opus en particulier est de la bombe à l’état pur. Cet homme est un génie, un prodige qui joue parfaitement de tous les instruments. Certains n’aiment pas, j’en suis consciente, mais il faut tout de même remarquer son talent.

et le top du top est…

Imaginary Day1) Imaginary Day, de Pat Metheny Group (1997)

Peu de gens connaissent Pat Metheny, un guitariste talentueux comme il en existe peu. S’ils l’écoutaient jouer, beaucoup n’aimeraient pas, j’en suis certaine. Son style, surtout sur cet album, est vraiment spécial, complétement jazzy, un peu psyché et très barré. Mais c’est comme ça, je l’aime. Si je ne devais garder qu’un album, ce serait celui-là. Peut-être parce que c’est mon papa qui me l’a fait écouter, et que je pense à lui à chaque fois que je l’entends, mais aussi parce que c’est le seul qui arrive à me détendre entièrement, et même à me faire dormir. Il me relaxe, m’apaise… A voir, le live de cet album. Un moment de pure magie, une occasion de découvrir le don de Pat Metheny qui manie la guitare Pikasso à 42 cordes et 4 manches que Linda Manzer a construit spécialement pour lui. Ou juste Follow Me, pour se donner une idée. Sachez que mon rêve sera de le voir jouer cet album sur scène…

Voilà, j’espère que ce petit classement vous a plu.

Et vous, quels sont vos 5 albums préférés ?

Publié dans Trucs de filles

Dear 16 years old me…

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Si je devais donner des conseils à la jeune fille que j’étais à 16 ans, quels seraient-ils ? Voici le thème sur lequel m’a tagué Fanny, des Carnets de Fanny. Une idée que j’adore, car si j’avais pu avoir une moi du futur, la vie aurait été moins prise de tête. Vous le savez, à 16 ans, c’est un peu compliqué : les premiers garçons qui nous plaisent vraiment, les cours qui nous saoulent, les parents n’en parlons pas… Bref, c’était pas la joie tous les jours. Alors, voici quelques conseils/avertissements qui m’auraient bien arrangé et aussi, quelques prévoyances pour la suite…

1)

Je sais, c’est dur. Tu crois que tout le monde se fout de ton opinion, mais ce n’est pas vrai. Tu as le droit de dire haut et fort ce que tu penses. Ose. Les gens seront heureux d’entendre ce que tu as à dire. Ils t’apprécieront davantage quand ils verront que tu n’es pas qu’une fille qui reste là sans rien dire et qui ne participe pas aux conversations.

2)

C’est comme le Nutella, il faut que tu penses sérieusement à diminuer les doses. Tu t’en fous pour l’instant, tu as 16 ans, tu fais un poids tout à fait normal, mais d’ici trois ans, tu auras pris 10 kilos à cause de ce que tu manges maintenant (entre autres). Les habitudes alimentaires, c’est mauvais.

(c) Vidberg
(c) Vidberg

3)

Ok, le collège, c’était vraiment nul. Mais le lycée, ça sera carrément terrible. Tout ça grâce aux gens que tu vas rencontrer. Tu rigoleras à en pleurer, tu passeras des heures à refaire le monde – et à jouer aux cartes. Tu ne seras jamais aussi insouciante que maintenant. Profites-en.

4)

Certains moments seront durs, il faut que je te le dise. Tu auras mal, tu te poseras des questions, mais ça ira. Tout finit toujours par s’arranger. Je sais, c’est bateau comme phrase, mais c’est vrai. Crois-moi. Évidemment, ça prendra du temps mais la vie sera meilleure après ça. Ne désespère pas.

(c) D.R
(c) D.R

5)

Ce n’est pas parce que tu n’es jamais sortie avec un garçon que ça n’arrivera jamais. Et ce n’est pas parce qu’un garçon est compliqué qu’ils le sont tous. J’dis ça, j’dis rien mais tu verras, dans un an, tu rencontreras l’Homme de ta vie. Celui avec qui, dans 9 ans, tu te marieras.

6)

Si, si , j’te jure. Même si pour le moment, ils t’énervent, ils ont souvent raison. Rappelle-toi qu’ils ont fait ces erreurs avant toi. Alors écoute-les. Et arrête de te prendre la tête avec ton père. Au final, quand il dit que tu finiras caissière, il aura raison. Même si tu fais des études.

7)

Arrête de te juger sans cesse. Tu n’es pas si moche que ça. Tu viens d’avoir des lentilles, mets tes yeux en valeur, tout le monde les trouve beaux. Regarde-toi dans une glace. Dans quelques années, tu seras capable de tuer quelqu’un pour avoir ce corps-là. Apprends à t’apprécier. Ne deviens pas cette fille blonde que tu vas bientôt détester, mais apprends à dire que oui, finalement, t’es pas si mal que ça.

(c) D.R
(c) D.R

8)

Tu en crèves d’envie, je le sais. Mais ça viendra. Et ça sera un merveilleux souvenir. Tu verras des choses incroyables, avec des personnes qui t’apporteront énormément. Les États-Unis seront ta thérapie. Tu y reviendras changée, tu seras enfin toi-même et ce sera le début de ta vie. Mais tu n’auras qu’une seule envie, y retourner…

9)

Désolée de te le dire, mais tu resteras une grande flemmarde. Tu aimeras toujours autant passer des heures à ne rien faire, posée devant ton pc, à jouer à des jeux débiles, à regarder un film ou simplement à écouter de la musique. Tu te diras toujours qu’il faut ABSOLUMENT que tu fasses ce truc tellement important, mais tu le reporteras au lendemain, pour enfin le faire à la dernière minute.

(c) Pulupulu
(c) Pulupulu

10)

J’ai encore tellement de choses à te dire, mais les plus importantes sont là. La vie n’est pas rose et ne le sera jamais. Mais souviens-toi que quoi qu’il arrive, ça ira. Tu es encore jeune, tu as toute la vie devant toi. Tu rencontreras des personnes fantastiques qui illumineront tes journées, mais tu perdras des gens que tu pensais être des amis. Laisse-toi porter mais sois forte… Apprends à t’en foutre, à ne pas te laisser atteindre par la bêtise des gens. Chaque expérience, qu’elle soit bonne ou mauvaise, est bonne à prendre.

Sois une bonne et une belle personne. Souris, même si la vie n’est pas toujours facile.

PS : Je préfère te prévenir, si tu commences à regarder des séries, tu ne pourras plus jamais t’arrêter. Surtout celle-là :

(c) WB
(c) WB

———————–

Oui, c’est plutôt déprimant tout ça. Mais c’est vraiment ce qui me vient en tête quand je pense à celle que j’étais à 16 ans. J’aurais voulu être préparée à certaines choses. Pas de personnes taguées, mais si vous voulez le faire, prévenez-moi, je viendrais vous lire avec plaisir.

Et vous, qu’auriez-vous dit à votre vous de 16 ans ?

Publié dans Trucs de filles

2014, l’année du bonheur

(c) D.R
(c) D.R

Bonne année à tous et à toutes !

Voilà, ça y est, 2013 a enfin laissé sa place à 2014. J’espère que les fêtes se sont bien passées pour vous.

Pour ma part, l’ambiance de Noël me manque déjà (retrouvailles en famille, sapin, guirlandes lumineuses) et j’ai l’impression d’avoir pris 10 kilos à cause des repas gargantuesques de ces deux dernières semaines. Mais rien ne pourra m’enlever ce sentiment si particulier que je ressens en pensant à 2014.

Car cette nouvelle année sera, pour moi, synonyme de B-O-N-H-E-U-R !

(c) D.R
(c) D.R

D’abord, aller voir Maroon 5 en concert. Alors que j’avais déjà mes places pour leur date prévue en juillet 2013 et finalement repoussée, j’ai dû repartir à la chasse aux billets pour leur date à Bercy le 19 janvier. La chance était encore une fois avec moi et j’ai hâte de voir Adam Levine et ses potes sur la scène du POPB. Promis, je vous ferai un live-report qui déchire avec photos à l’appui – pourvu qu’elles soient de bonne qualité.

(c) Talkinboutthat
(c) Talkinboutthat

Ensuite, je compte très vite partir à Londres avec l’Homme. Un séjour dans la capitale anglaise était au sommet de ma wishlist secrète pour Noël et mes parents nous ont offert ce joli cadeau. Si j’y suis déjà allée deux fois, ça sera la première pour l’Homme et j’ai hâte de lui faire découvrir cette ville que j’adore !

Reste plus qu’à trouver un loooong week-end et à nous Big Ben, le musée de Madame Tussaud, les célèbres quartiers comme Camden ou Soho, le magasin de jouets chez Harrods, Hyde Park, etc… D’ailleurs, si vous avez des bons plans, n’hésitez-pas !

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Puis, le permis. Car oui, à 24 ans, je ne l’ai pas encore. Laissons de côté le pourquoi du comment – peur des autres, peur de m’emmêler les pédales, pas envie -, si je veux habiter dans des patelins paumés où la plus grande ville se situe à 20 minutes en voiture, il est temps que j’apprenne à conduire. Si les heures de code ne m’enchantent pas trop, je suis plus motivée que jamais pour avoir ce satané bout de papier rose – qui en fait, n’en est plus un.

Et puis comme ça, l’Homme n’aura plus à être Sam à toutes les soirées.

(c) D.R
(c) D.R

Je déteste parler de résolutions. En règle générale, elles sont prises le 31 décembre et sont abandonnées le 2 janvier, faute de motivation. Mais si j’avais à en prendre quelques-unes, ça serait de prendre davantage soin de moi, d’arrêter de m’énerver pour des choses futiles – comme l’Homme qui dit qu’il fera la vaisselle dans 5 minutes depuis 2 heures -, de continuer dans ma légère perte de poids, de moins stresser pour des détails, de trouver un travail dans mon domaine – je n’en peux plus d’être caissière-en-attendant-d’être-journaliste -, de savoir davantage apprécier les bonnes choses de la vie, d’avoir moins peur du ridicule et de profiter du moment présent sans se prendre la tête, etc.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Et enfin, le mariage. Ce sera LE grand bouleversement de 2014. Après 8 ans d’amour – qu’est-ce que ça peut faire niais d’écrire ça -, l’Homme et moi serons mari et femme le 14 juin 2014. Un grand moment avec les gens qu’on aime, une bonne occasion de bien manger et de faire la fête jusqu’à pas d’heure… Le jour de sa vie où on peut se permettre d’être le centre de l’attention, toute jolie dans sa robe de mariée. Le début d’une grande aventure.

J’ai hâte.

Et vous, que vous réserve 2014 ?