Publié dans Trucs de filles

Au secours, je me marie – Partie 4 : C’est le Jour J !

(c) D.R.
(c) D.R.

Le grand jour est ENFIN arrivé, ça y est ! Aujourd’hui, vous vous mariez avec l’homme ou la femme de votre vie. Vous avez préparé cette journée depuis plus d’un an ou seulement depuis quelques mois, vous avez mis tout votre coeur dans l’organisation du plus beau jour de votre vie. Parce que chaque journée est unique, je ne peux vous donner qu’un seul conseil : PROFITEZ !

Et parce que je suis gentille – oui, je sais -, je vais partager avec vous mon Wedding Day :

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

8h15 : Rendez-vous chez l’esthéticienne – la manucure. Soyons honnêtes, je m’y suis prise très tard pour trouver une esthéticienne pour mes ongles et mon maquillage – une semaine avant, je sais, ce n’est pas bien. Donc je n’ai pas forcément eu le choix de l’heure. Disons que le réveil à 7h15 pique légèrement, sachant l’énormité de la journée qui nous attend. Petit texto à l’Homme qui a dormi chez son meilleur ami – tradition oblige.

Avant d’arriver au rendez-vous, j’avais une grosse boule dans le ventre, stressée par le déroulement de la journée, le bien-être des invités, le temps. Mais une fois arrivée à l’institut de beauté – que je recommande, Plaisir de Soi à Orgerus (78) -, et la manucure commencée, je me suis immédiatement détendue, pensant que c’était ma journée et que je me devais de profiter. J’ai demandé une French Manucure, la plus traditionnelle possible, sans paillettes ni autre strass, et le résultat était superbe. La manucure a duré 45 minutes.

9h : Ouverture de la salle pour le traiteur. Le maître-mot de la journée était DÉLÉGUER ! Nous avons eu la chance d’être entourés de personnes qui se sont souciées de notre bien-être, et qui n’ont pas hésité à faire des kilomètres pour aller ouvrir et refermer la salle, etc. Le but étant que nous n’ayons pas à nous préoccuper des détails.

10h15 : Arrivée de la coiffeuse à domicile. Les essais ayant déjà été faits trois semaines avant, je connaissais le résultat. Pendant que la coiffeuse s’est affairée, prenant garde à mes recommandations bizarroïdes – « je ne veux pas qu’on voit le haut de mes oreilles » -, j’ai pu me détendre une seconde fois, envoyant des millions de textos – à l’Homme qui stresse, à la copine qui vient du Sud en train alors qu’il y a grève, à la meilleure amie/témoin qui se prépare aussi, etc.

J’ai fait boucler mes cheveux. Je voulais un effet lâché car soyons honnêtes, même si mes cheveux me font péter des câbles, je les aime d’amour et ils font partis de moi. Des perles ont été ajoutées en plus des épingles, au niveau de l’emplacement de mon voile. Voile magnifique qui a été cousu sur un peigne, pour que je puisse l’enlever quand bon me semble. La coiffure a duré 2 heures.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

14h : Rendez-vous chez l’esthéticienne – le maquillage. Le temps de manger un gros bout avec les invités qui sont déjà arrivés et retour à Plaisir de Soi pour me faire maquiller. J’ai demandé quelque chose de discret, n’étant pas une grande adepte du style « pot de peinture ». Après une pose de fond de teint et de poudre, l’esthéticienne a choisi pour mes yeux du rose très pâle et un peu de mascara, préférant tout miser sur la bouche. Un joli vieux rose très discret. N’ayant pas fait d’essai avant, je dois avouer que j’étais un peu nerveuse quant au résultat. Mais j’ai vraiment été épatée. Le tout était très naturel. Le maquillage a duré 30 minutes. (Petite photo de ma personne pour vous donner une idée – approximative, certes – de la coiffure, des boucles d’oreilles, du maquillage, du collier et du haut de la robe.)

15h : Ouverture de la salle pour le DJ et Habillage de la mariée. Comme le matin, une personne de notre entourage est partie ouvrir la salle au DJ pendant que ma maman, ma meilleure amie et ma marraine de coeur m’ont aidé à m’habiller. Grand moment ! Alors oui, dans le magasin, ça a l’air super simple. La nana préposée aux robes t’enfile ça en deux temps trois mouvements, une retouche ici pour accrocher la traîne sous la robe et le tour est joué. Que nenni ! Arrivée chez toi, la robe ressemble à une grande tente dans laquelle tu dois te glisser sans abîmer ta coiffure et ton maquillage, en prenant soin de la mettre à l’endroit… Je ne vous parle même pas des bas et des porte-jarretelles, et encore moins de la traîne à accrocher puisque nous n’avons pas réussi à reproduire les gestes de la vendeuse du magasin, même avec une vidéo tuto prise pendant l’essayage. Le tout mis comme il faut, les dames s’extasient, la maman pleure, le papa s’émeut mais pas le temps de s’attarder, il est grand temps de partir.

15h30 : Montée dans la voiture. Alors, messieurs les policiers, si vous croisez une mariée non-attachée dans une voiture, ne la verbalisez pas. Sachez qu’elle ne peut PAS s’attacher, au risque de froisser sa robe, son voile, et de mourir asphyxiée par ses jupons. Monter dans une voiture est un exercice particulièrement périlleux, qui prend un certain temps. Attention au tissu qui reste coincé dans la portière – je préfère prévenir, ça ne m’est pas arrivé, ouf !

16h : Cérémonie.

(c) Jessy M.
(c) Jessy M.

Nous avons choisi de nous marier uniquement à la Mairie. J’ai veillé attentivement à ce que tout le monde soit rentré dans la salle avant que j’arrive – j’aime les effets de surprise. Mon cher et tendre m’attendait devant la porte, de dos pour ne pas me voir. Et c’est parti. L’Homme a avancé au bras de sa maman, s’est installé et m’a attendu. J’ai alors marché avec mon papa jusqu’à arriver devant mon futur mari, très ému. Qu’on se le dise, la chose que je préfère faire dans un mariage, c’est de regarder le marié quand sa future femme se présente devant lui. Et la réaction de l’Homme a été parfaite.

La cérémonie n’a duré que très peu de temps, ce qui ne m’a pas dérangé, au contraire. Nous avons ri – la bague rentre encore, ouf ! -, nous avons été ému grâce au joli poème de ma belle-soeur et quand nos nièces se sont avancées avec les alliances. C’était un très joli moment, Nous dans notre bulle, malgré la centaine de personnes derrière et devant nous.

Pour la sortie, riz et confettis. Attention au riz qui tâche le costume de Monsieur et qui se glisse rapidement dans le décolleté de Madame. Des bisous à tout le monde, des félicitations par millier, des photos toutes les deux secondes… Tous les gens que vous aimez sont réunis pour vous et un océan de bonheur vous frappe doucement. Avec beaucoup de retard, il est temps de partir à la salle. Les mariés s’installent dans la voiture, avec plus ou moins de mal grâce à la robe, les motos vrombissent, formant une haie d’honneur pour l’Homme, grand fana de moto.

18h : Arrivée à la salle – Vin d’honneur. Le cortège a klaxonné pendant tout le trajet entre la salle et la mairie. Mes parents, n’ayant pas suivi le cortège pour arriver plus tôt à la salle et sortir les boissons, nous attendent. Ma question fétiche est posée, en voyant ma mère quelque peu paniquée : « Tout va bien ? ». Disons que ça pourrait aller mieux, toute l’électricité est coupée, le DJ ne peut donc pas brancher son matériel, et le vent fait des siennes, nous obligeant à installer une toile sur un côté du barnum. Personne n’y verra que du feu, malgré un léger retard du vin d’honneur et une très grande soif. Malheureusement, les petits problèmes arrivent mais tout s’arrange facilement.

Je vais être honnête avec vous, je n’ai pas vu passer le vin d’honneur. J’ai bu trois gorgées de ma coupe de champagne, mangé quatre petits fours apportés par le beau-frère qui a eu pitié de moi, et bu entièrement et très vite un verre de planteur. Oui, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, mais en boire peu sans rien avoir mangé, aussi. Ne parlons pas des gens que nous avions invité qu’au vin d’honneur et que je n’ai même pas eu le temps de voir – la honte. En fait, ce qui nous a pris du temps, ce sont les photos. Pas les photos de nous deux, nouveaux mariés – on a dû en faire trois en tout, je vais m’en mordre les doigts d’ailleurs, je le sens -, non, les photos de groupe. 100 invités, ça fait beaucoup de photos… Réunir les deux familles, puis les parents, puis la famille de l’un et de l’autre, les amis, les amis de la famille, les témoins, etc. Deux heures à sortir son plus beau sourire commercial, avec en prime, le soleil dans la tronche et l’envie d’éternuer toutes les deux minutes. Je ne me plaindrai pas, parce qu’il a fait beau alors que les prévisions parlaient de pluie et d’orages, mais quand même.

20h30 : Début du repas. Il est temps de rentrer dans la salle. Le plan de table était sous forme de devinettes, marquées chacune sur un pot de fleur. Les noms des invités placés à la table étaient marqués à la craie sur des ardoises de jardin, tenues par du terreau et des petits cailloux blancs. Des lieux étaient inscrits sur des ardoises à chaque table. Le but étant de poser une question à une table qui ne connaît pas la réponse. Les invités doivent alors aller chercher la solution en demandant aux personnes concernées. Nous voulions que tout le monde puisse parler ensemble et cette façon de faire était une approche sympathique selon nous. Exemple : « Le marié y a vécu la première année de sa vie ? » Il fallait donc aller demander au père ou à la mère du marié. La réponse sur la table était Gipy.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Le repas a duré longtemps, puisque nous avions une entrée, deux plats, un trou normand, de la salade, du fromage et des desserts. Je n’ai quasiment rien mangé, mais il semblerait que ça soit normal, l’Homme a quant à lui tout dévoré, c’est que ça devait être très bon. Le tout a été ponctué par les discours des témoins – un moment très fort en émotions qu’il ne faut absolument pas manquer -, d’un jeu « Lui ou Elle », d’un diaporama à la fois drôle et émouvant retraçant nos vies, d’un flash mob – et oui, c’est la classe – et de nombreuses autres surprises. Mention spéciale à nos deux amis les plus proches que nous avons saoulé pendant des mois pour qu’ils viennent en costume bleu à froufrous et violet à paillettes : ILS L’ONT FAIT !

01h30 : Tous sur le dance-floor ! Après avoir vu tomber l’un des gâteaux qui accompagnaient la pièce montée – c’est arrivé oui, mais honnêtement, un haussement d’épaules, un fou-rire et ça repart dans la bonne humeur -, il était grand temps d’ouvrir le bal. Je commençais à fatiguer et les invités aussi. Pour notre première chanson en tant que Monsieur et Madame S., nous avons choisi, sans grand originalité, la très célèbre chanson de Bryan Adams, (Everything I Do), I Do It for You. Pourquoi celle-ci ? Aucune idée. Nous nous sommes retrouvés à danser ensemble sur ce morceau durant un mariage il y a un mois, et ça a été l’évidence : on était bien.

Ce que je retiens de cette journée : TOUT ! Mais surtout, beaucoup d’amour. Nous avons vraiment invité les bonnes personnes, celles qui comptent pour nous et ça s’est ressenti. C’est d’ailleurs l’impression générale, il semblerait. Tout le monde s’est bien entendu et s’accorde à dire que nous étions entourés de beaucoup d’amour et d’émotions.  Tout s’est passé encore mieux que je ne le souhaitais. Certes, l’organisation n’a pas été facile. La veille du mariage, quand il a fallu diriger tout le monde pour l’installation de la salle, non plus, mais ça vaut largement le détour pour vivre cette merveilleuse journée.

Et aussi : Le joli livre d’or que nous a offert ma belle-soeur, l’arbre à empreintes surprise, les suggestions de destinations de voyage de noces sur la carte du monde, les objets indispensables pour partir en lune de miel que nous ont offert nos invités (PQ, boussole, crème solaire, tongs, baleine gonflable) et évidemment tous les petits mots qui nous ont fait pleurer le dimanche soir.

 J’espère que votre Wedding Day se passera aussi formidablement bien que le mien.

Que cette série « Au secours, je me marie » vous a plu et a pu vous aider à y voir plus clair.

Racontez moi votre Jour J, je suis toute ouïe. Et n’hésitez pas si vous avez des questions.

Publié dans Trucs de filles

Octobre 2014 – My Little Box by Diane Von Furstenberg

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Connaissez-vous Diane Von Furstenberg ? Parce que moi, non. Honte sur moi – ou pas -, mais je ne connaissais pas cette femme avant de lire rapidement sa biographie sur internet. Pour vous la faire court, cette belgo-américaine a inventé la « wrap dress », plus communément appelée chez nous, la robe portefeuille. Et parce que cette créatrice est hyper connue dans le monde de la mode, My Little Box a décidé, pour le mois d’octobre, d’entreprendre un partenariat avec elle. Je vous présente donc My Little Box by Diane Von Furstenberg.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Rien à redire sur la boîte de la Box, le dessin de Kanako est absolument sublime. J’imagine qu’il représente DVF – qu’est-ce que ça peut être long d’écrire Diane Von…  ! – un peu plus jeune en me basant sur ses cheveux, sa « wrap dress » et son allure très working-girl sexy. Sur les côtés, le couvercle de la Box est zébré vert et noir, et on retrouve le logo de la créatrice de mode.

A l’intérieur, Kanako nous régale d’une jolie illustration : la femme est la même que celle dessinée sur la boîte mais autour d’elle a été imaginé un décor. Son bureau, situé à New-York, facilement reconnaissable grâce à l’Empire State Building et au Chrysler Building qu’on aperçoit par la fenêtre. Les éléments qui prouvent qu’il s’agit bien de DVF sont évidemment les trois rouleaux de tissus disposés sous le bureau. La citation au-dessus du dessin me plaît beaucoup, « Be the woman you want to be » (Sois la femme que tu as envie d’être).

Le magazine My Little World est exclusivement basé sur DVF, allant de son interview aux films qui ont utilisé sa fameuse « wrap dress ». Et parce que ses créations sont toujours très colorées, le magazine nous livre des adresses dans un Paris multicolore. Très sympa.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Le contenu de la box

Les goodies sont évidemment tous signés de la marque DVF. Le premier est une broche en forme de bouche,  à épingler pour un rendu plus chic. Personnellement, je ne suis pas très broche/accessoire, et j’irai encore moins accrocher une bouche sur un vêtement. Après, en y réfléchissant bien, je suis sûre qu’elle peut faire son effet sur une petite veste noire, mais ça s’arrête là.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Le second goodie est un foulard bleu, rouge et violet, LES couleurs emblématiques de DVF. Dans la petite chemise zébrée noire et verte (comme les côtés de la Box, vous suivez ?) où il est présenté, les abonnées pourront découvrir différentes façons de l’utiliser : en cravate, en headband, sur le sac ou en triangle. Alors oui, je l’avoue, il est très joli mais je n’aime pas ces couleurs. Elles sont beaucoup trop voyantes pour moi qui ne porte que des couleurs neutres. Je sais cependant qu’il y a deux ou trois personnes de mon entourage qui l’adoreront.

Ce mois-ci, dans le pochon sobrement illustré du logo DVF, nous trouvons :

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.
  • Le fard à paupières Yves Rocher, teinte 111 – Gris fumé mat, en 2g. Pour un joli smokey eyes – que je ne sais toujours pas faire -. La couleur est très belle, bien qu’elle me fasse davantage penser à un kaki qu’à un gris. Gros plus : en plus d’un mini pinceau présent dans le packaging, My Little Box vous offre LE pinceau à aller chercher dans les Yves Rocher de France participants. Comme ça, plus d’excuse, les abonnées auront tous les instruments en main pour se maquiller à la perfection.
  • Le Duo Ligne & Lumière, de l’Atelier Maquillage Paris. Ce crayon à double pointe sert d’un côté, grâce à un joli brun universel, à redessiner la courbe de vos sourcils, et de l’autre côté, grâce à l’illuminateur, à donner à votre arcade sourcilière un « coup d’éclat ». Pas sûre que je m’en servirai un jour mais pourquoi pas.
  • L’Eau micellaire démaquillante de My Little Beauty, en 150 ml. A l’aloe vera, ce démaquillant est aussi bien pour le visage que pour les yeux. L’odeur est agréable et semble rafraîchissante. Je suis très contente de trouver ce produit dans ma box, d’autant plus que mon eau micellaire arrive à sa fin. J’ai hâte de l’utiliser, j’espère seulement qu’elle ne pique pas les yeux.

Conclusion : C’est une très belle Box, cela ne fait aucun doute. Les produits du pochon me plaisent énormément, moi qui était impatiente d’avoir du make-up, me voilà servie. Après, et même s’ils sont jolis, les goodies ne sont pas faits pour moi. Ce n’est pas du tout mon style. Dommage. La prochaine fois, peut-être ?

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?