Publié dans Séries

A la découverte de Gilmore Girls

© Warner Bros.
© Warner Bros.

Si j’ai commencé à regarder Gilmore Girls, c’est parce que la suite allait sortir sur Netflix. Je ne m’étais jamais attardée sur la série, mais dernièrement, je n’en entendais que du bien. Et puis, même l’Homme connaissait, alors… Je m’étais prévue un marathon de folie pour regarder les nouveaux épisodes dès leur jour de sortie. Une chose en entraînant une autre, le travail et un déménagement plus tard, la deadline n’a pas été respectée. Mais aujourd’hui, je suis fière de vous annoncer que j’ai enfin dévoré les 7 saisons de Gilmore Girls !

Créée en 2000 par Amy Sherman-Palladino, il s’agit d’une comédie familiale et girly. Elle raconte l’histoire d’une mère et sa fille. Les téléspectateurs vivent avec elles leurs projets, leurs angoisses, leurs joies et leurs peines de coeur.

(c) D.R.
(c) D.R.

J’ai tout de suite accroché : l’ambiance de Stars Hollow (ville qui ressemble étrangement à celle de Hart of Dixie, avec le kiosque au coeur du centre-ville), les personnages attachants au possible et le ton donné à la série ! J’ai ri (tellement), pleuré (beaucoup), vous l’aurez compris, cette série m’a emballé ! Lauren Graham (Parenthood) et Alexis Bledel (4 filles et un jean) sont merveilleuses en Lorelai et Rory ! Les personnages secondaires sont importants et ont chacun un caractère défini qui les rends unique. Scott Patterson (Saw 4) est parfait en Luke et Melissa McCarthy (Mike & Molly) est Sookie, la meilleure amie cuisinière qu’on rêve d’avoir. Tous m’ont fait rire et je n’ai détesté aucun d’entre eux, même quand Sean Gunn a.k.a Kirk était lourd au possible. Mention spéciale pour Kelly Bishop, que j’ai reconnu immédiatement – c’est elle qui joue la mère de Bébé dans Dirty Dancing !!!

Le plus incroyable reste que cette série est un précurseur. Y sont traités des sujets dont on parle encore aujourd’hui et qui restent encore un peu tabous mais surtout, on y parle souvent de politique : les noms de Barack Obama, Donald Trump et Hillary Clinton sont cités. Après, chacun a ses opinions mais c’est incroyable de voir qu’une série qui s’est terminée il y a 8 ans est autant en adéquation avec notre actualité !

Gilmore Girls, une nouvelle année

© Netflix
© Netflix

Si je n’ai pas eu si mal au coeur pendant le dernier épisode de la série, c’est parce que je savais que derrière, je retrouverai les personnages dans la suite diffusée sur Netflix. La sequel se déroule en 2016 et est composée de 4 épisodes, d’une heure et demi chacun.

Mes premières impressions ont été : « OMFG ! Qu’est-ce que c’est que ces trucs ? » Je parle évidemment des actrices principales et de leurs nouveaux visages… Alors oui, je sais, elles ont vieilli, bla bla bla, mais la chirurgie esthétique était-elle nécessaire ? Et le maquillage exagéré qui « sublime », le tout aussi ? Après, ça a été un plaisir de voir les autres personnages. On découvre un Kirk un peu plus mature niveau look – mais toujours aussi spécial -, une Miss Patty transformée et un Taylor Doose qui n’a pas changé d’un poil.

Je ne suis pas sûre qu’il était nécessaire de faire une suite mais c’était sympa de voir comment on évolué nos héros préférés. J’avoue avoir été plus ou moins déçue de la tournure qu’ont pris les événements – surtout par rapport à Rory, elle qui était si droite, si carriériste, mais après tout, qui ne s’est pas perdu en chemin ? Il n’était surtout pas nécessaire de faire une suite si c’était pour nous laisser sur notre faim de cette façon… Petit message aux scénaristes de la part des fans : F*CK YOU ! Mais sérieux, c’est quoi cette fin de merde ? Elle laisse place à l’imagination mais quand même, c’est vache de faire ça !

Une chose est sûre, si vous aimez les séries de filles, Gilmore Girls est faite pour vous !

Publié dans Séries

Être sérivore, c’est quoi ? #1

Dans la vie, j’ai deux passions (trois, avec le chocolat) : les livres et les séries. Eh oui, je suis sérivore ! Mais en quoi reconnait-on un(e) addict des séries télévisées ?

Quand quelqu’un parle de séries, vous êtes aux aguets…

tumblr_n98lr20XIn1se9fcoo1_500

Parce que vous en suivez vraiment beaucoup.

Nbre de séries suivies

Si on pouvait voir la différence de consommation d’électricité entre la télévision et l’ordinateur, ce dernier l’emporterait haut la main !

tumblr_inline_o9wfa5iQV51sm4xn4_500

Quand on vous demande quelle est votre série préférée – c’est dur de choisir, il y en a tellement !

Compter les séries

Quand, en téléchargeant l’application TVShow Time sur votre smart phone, vous vous rendez compte que votre addiction est quand même assez importante. (Bon, je suis loin d’être la première dans le classement, mais en tout, dans TOUTE ma vie, j’ai vu 2 837 épisodes – et 30 cette dernière semaine -, j’ai donc passé 2 mois, 16 jours et 16 heures de ma vie à regarder des séries. En vrai, j’en ai vu plus que ça parce qu’il y en a plein que je n’ai pas comptabilisé mais c’est déjà pas mal.)

tumblr_narpd2OGVe1rb2l1co1_400

Quand, des fois, vous préféreriez rester chez vous à regarder une série plutôt que de sortir.tumblr_mqpiwjz1M61sotuj5o1_400

Si vous vous reconnaissez, vous êtes définitivement un(e) sérivore :

BIENVENUE AU CLUB !

Bon bah, j’y retourne moi, il y a Outlander qui m’attend !

tumblr_o0yd19XLyd1qgm5xfo1_500

Publié dans Cinéma, Livres, Séries

Passion Orgueil et Préjugés #1

Il y a deux types de personnes dans la vie : ceux qui ont lu Orgueil et Préjugés, et les autres (non, je rigole… Quoi que !?). Après qu’on aime ou pas, c’est une chose. Moi, j’ai adoré. Pas juste kiffé ou un peu aimé, non, c’est devenu une véritable passion. Bon, je n’en suis pas au point de me la jouer Coup de foudre à AustenLand ou de décorer mon appart’ avec des objets d’époque mais j’achète tout ce qui est en rapport avec l’histoire d’Elizabeth Bennet et de Mr Darcy : des livres, des dvds… Et ça commence à faire beaucoup, au grand malheur de l’Homme.

(c) Anaïs M.
(c) Anaïs M.

Je ne sais pas ce qui m’attire le plus dans ce roman : les personnages principaux, l’histoire en elle-même ou l’époque où elle se situe ? Je crois que c’est un tout qui me fait rêver. Attention, je ne fais pas partie de ces fanatiques – car il y en a – qui attendent leur Mr Darcy toute leur vie ! L’Homme n’a rien de comparable au gentleman inventé par Jane Austen et inversement. Disons que Mr Darcy est mon crush imaginaire qui me demande de l’épouser dans mes rêves les plus dingues (véridique, ça m’est déjà arrivé).

Alors imaginez ma joie quand, après avoir lu l’œuvre d’Austen, j’ai découvert qu’il existait des séries/films et des livres dérivés ! J’allais pouvoir continuer de voir vivre mes personnages préférés à travers d’autres histoires ! Et si je vous faisais un point sur tout ça ?

Les livres

  • Avec ou sans Mr Darcy ?, Abigail Reynolds (J’ai Lu)
  • Cher Mr Darcy, Amanda Grange (Milady)
  • Confessions d’une fan de Jane Austen, Laurie Viera Rigler (Milady)
  • Coup de foudre à AustenLand, Shannon Hale (Pocket)
  • Darcy, what else ?, Teri Wilson (Harlequin)
  • Darcy Gentleman – 1, Une telle assemblée, Pamela Aidan (Milady)
  • Darcy Gentleman – 2, En vain ai-je lutté, Pamela Aidan (Milady)
  • Darcy Gentleman – 3, Un mot de vous, Pamela Aidan (Milady)
  • De Darcy à Wentworth, Sybil G. Brinton (Milady)
  • Elizabeth Darcy, Abigail Reynolds (Milady)
  • L’autre Mrs Darcy, Elizabeth Aston (Milady)
  • La mort s’invite à Pemberley, P.D. James (Fayard)
  • Le journal de Mr Darcy, Amanda Grange (Milady
  • Le manuscrit perdu de Jane Austen, Syrie James (Black Moon)
  • Le rêve de Mr Darcy, Elizabeth Aston (Milady)
  • Me and Mr Darcy, Alexandra Potter (Ballantine Books)
  • Orgueil et Préjugés, Jane Austen (Folio classique)
  • Orgueil & Préjugés & Zombies, Jane Austen & Seth Grahame-Smith (Pocket)
  • Tribulations d’une fan de Jane Austen, Laurie Viera Rigler (Milady)
  • Une saison à Longbourn, Jo Baker (Stock)
  • Une saison avec Darcy, Elizabeth Aston (Milady)

Les films

  • Orgueil et Préjugés (1940)
  • Le journal de Bridget Jones (1996)
  • Orgueil et Préjugés (2003)
  • Coup de foudre à Bollywood (2004)
  • Orgueil et Préjugés (2005)
  • Austenland (2013)
  • Orgueil et Préjugés et Zombies (2016)

Les séries

Je sais qu’il existe encore plein d’autres romans et films mais voici pour l’instant ma collection. Une folie, j’en conviens. Mais qui s’est déjà lassé de Mr Darcy ?

D’autres dérivés à me faire découvrir ?

Publié dans Séries

Finissons White Collar

(c) D.R.
(c) D.R.

Après Hart of Dixie, j’ai décidé qu’il était temps de terminer une série que j’adore, White Collar. Il est vrai que j’ai mis plusieurs années à la regarder, l’oubliant pour privilégier d’autres shows plus récents, mais ma curiosité (et mon amour pour le duo Neal Caffrey/Peter Burke) m’a toujours ramené dans le droit chemin. Et après avoir revu les trois premières saisons et découvert les trois autres, il est temps de vous en parler !

White Collar (ou FBI Duo très Spécial en français – au secours, le nom de merde !) est une série policière américaine créée par Jeff Eastin en 2009. Elle comporte donc six saisons, plus ou moins intéressantes, il faut l’avouer. L’histoire repose sur Neal Caffrey, un talentueux faussaire qui accepte d’aider le FBI pour éviter la prison. En échange d’une liberté surveillée, il devra résoudre des enquêtes aux côtés de Peter Burke, l’agent qui l’a arrêté.

Le duo est composé de Matt Boomer (Magic Mike, Chuck), sublime en Neal Caffrey gentleman, sexy et artiste, et de Tim DeKay (Max la Menace, Les 4400), un Peter Burke loyal et futé. A leurs côtés, nous retrouvons principalement la sublime Tiffani Thiessen (que personne n’a oublié dans Sauvés par le Gong et Beverly Hills) qui joue Elizabeth Burke, la femme compréhensive de Peter, et Willie Garson (Sex and the City, Freaky Friday) qui interprète le délirant Mozzie, le génie amateur de vin et de proverbes complice de Neal.

(c) D.R.
(c) D.R.

Que dire ? Cette série est absolument génialissime ! Certes, certaines longueurs sont à déclarer mais quelle série n’en a pas, franchement ?! Bien que le domaine policier ne soit pas ma tasse de thé, j’ai adoré ce show, mélange d’investigations, d’humour et de relations humaines. Les épisodes sont liés par rapport à l’intrigue générale, et en même temps, chacun a sa propre enquête criminelle à résoudre en 42 minutes.

Les acteurs jouent incroyablement bien, et les personnages sont tous très attachants et ont leur importance dans l’histoire, ce qui n’est pas le cas dans toutes les séries. Même Elizabeth joue à l’agent du FBI de temps en temps !

La série a été achevée en 2014, avec un épisode final comme on (je) les aime. Une fin qui n’est pas bâclée et qui clôture ce show à merveille. White Collar nous apprend à aimer les séries policières et l’art dans sa globalité. A voir, je vous le recommande grandement !

Et vous, avez-vous aimé White Collar ?

Publié dans Séries

La découverte de Hart of Dixie

(c) The CW
(c) The CW

La programmation actuelle des séries ne me plaisant pas, j’ai décidé de faire appel à ma pas-si-vieille tradition en en choisissant une à dévorer du début à la fin. Celle-ci n’est pas si ancienne que peuvent l’être Sex and the City ou Veronica Mars mais c’est une belle découverte.

Hart of Dixie est une série qui date de 2011, créée par Leila Gerstein et diffusée sur la chaîne américaine CW. Elle raconte l’histoire de Zoé Hart, docteur new-yorkaise qui se voit dans l’obligation de devenir médecin généraliste pendant un an pour obtenir le poste de chirurgien qu’elle désire tant. Elle débarque donc dans une petite ville délurée d’Alabama, Bluebell, où sa vie changera du tout au tout.

La très stylée Rachel Bilson (Summer dans Newport Beach) interprète à merveille la folle et adorable Zoé Hart. À ses côtés, Wilson Bethel (The Astronaut Wives Club) joue Wade Kinsella, le bad boy, Cress Williams (Grey’s Anatomy, Urgences) est Lavon Hayes, le maire de Bluebell (que j’adore pour ses « No. No, No, No, No !« ). Jaime King (Sin City, Pearl Harbor) et Scott Porter (The Sex List, Friday Night Lights) sont respectivement l’insupportable Lemon Breeland et le gentil George Tucker.

(c) The CW
(c) The CW

Bon, soyons honnêtes, c’est une série TYPIQUE de filles. Tout est dans la romance, les triangles amoureux, les plans bien foireux pour rendre jaloux l’autre, etc. Je reconnais que certains moments m’ont ennuyés (avouons-le, dans une série, il y a toujours une période un peu inutile qui donne envie de tout lâcher !) mais le reste était délicieux. J’ai souvent ri, quelques fois pleuré et d’autres, complétement halluciné. Car oui, cette bourgade d’Alabama est totalement hors du temps et j’avoue que me retrouver là-bas me ferait un peu peur. Dans quelle autre ville pourriez-vous trouver des « Belles », un alligator appelé Burt Reynolds et des festivals pour tout et n’importe quoi ? Il y a que Bluebell pour faire ça !

Les personnages sont attachants à leur manière. On a quelques fois envie de leur secouer un peu les puces pour qu’ils se reprennent en main et ils arrivent toujours à se fourrer dans des situations impossibles mais c’est ce qui fait leur charme. Mention spéciale à Jaime King qui joue parfaitement le rôle de la « freak-control » manipulatrice et cheftaine au possible.

La série a été annulée en 2015 après 4 saisons. Mais « heureusement », la production a pu être achevée pour que les téléspectateurs ne restent pas sur leur faim. Ainsi, alors que les trois premières saisons comprennent 22 épisodes, la dernière n’en a que 10 mais ils sont absolument géniaux ! Et le dernier est une pure merveille – même si, sans spoiler, les deux dernières minutes auraient pu être évitées : vive les clichés !

En me relisant, je me dis que j’ai l’air assez mitigée sur cette série. Je ne la vends pas comme j’ai pu le faire avec les autres mais comprenons-nous bien, Hart of Dixie est une série que j’ai aimé regarder. On se prend vite au jeu de vouloir voir l’épisode d’après (« et puis j’arrête. Oh non, la fin était trop bien ! Bon, l’épisode d’après et j’arrête » etc – vous m’avez comprise, on est tous comme ça !). Certes, ce n’est pas la meilleure de tous les temps mais elle vaut la peine d’être vue.

Et vous, avez-vous aimé Hart of Dixie ?

Publié dans Séries

Les morts-vivants sont des gentils dans iZombie

(c) The CW Television Network
(c) The CW Television Network

iZombie est une de mes séries coup de coeur de 2015. Diffusée par la chaîne américaine CW, elle a été créée par Rob Thomas, le génie qui a imaginé Veronica Mars, et Diane Ruggiero, sur la base d’un comic book portant le même nom. L’histoire est celle de Liv, étudiante en médecine qui se retrouve transformée en zombie lors d’une soirée. Elle doit apprendre à vivre avec ce secret, quitte à larguer son petit ami et devenir employée dans une morgue. Là-bas, couverte par son patron, elle dévore les cerveaux des défunts. Leurs souvenirs deviennent alors les siens et grâce à eux, elle peut aider un détective à résoudre des enquêtes.

(c) The CW Television Network
(c) The CW Television Network

Côté acteurs, l’héroïne est interprétée par Rose McIver (Masters of Sex, Lovely Bones). A ses côtés, Robert Buckley (Clay dans One Tree Hill) joue Major, l’ancien fiancé, David Anders (l’Oncle John dans The Vampire Diaries) est Blaine, le méchant zombie, et Malcolm Goodwin et Rahul Kohli sont respectivement le détective Clive Babineaux et Ravi, le patron/ami de Liv.

On aime :

  • L’histoire en elle-même. C’est drôle et rafraîchissant ! Les zombies parlent, vivent comme des êtres humains et Liv est une centaine de personnages à elle toute seule vu qu’elle change de personnalité à chaque épisode (un jour, artiste nymphomane, l’autre, adolescente surexcitée).
  • Robert Buckley. Soyons honnête, j’ai commencé à regarder cette série car le pitch me plaisait bien et surtout parce que l’acteur était au casting. Sachez que dès qu’un acteur de One Tree Hill commence une nouvelle série, je fonce ! – Comme avec Sophia Bush et Chicago P.D. ; exception faite pour Chad Michael Murray dans Marvel’s Agent Carter et Chosen.
  • Les quelques scènes avec Aly Michalka (Hellcats) qui joue la meilleure amie de Liv. J’adore cette actrice !
  • Le générique fait en comic. Et sa musique. Parfaits !

Pas de « On n’aime pas » pour cette fois : j’ai beau me creuser la tête, cette série ne m’ennuie en rien. J’en voudrais plus, plus et encore plus ! Pour les retardataires, la première saison a déjà été diffusée entièrement et la deuxième est prévue pour le 6 octobre prochain.

A vos site de téléchargement streaming !

Publié dans Séries

La découverte de Veronica Mars

(c) Warner Bros.
(c) Warner Bros.

Et une ancienne série que j’ai adoré dévorer, une ! Après Sex and The City et Newport Beach, j’ai décidé de m’attaquer à Veronica Mars. Si j’ai choisi cette série, c’est au départ parce que le film venait de sortir au cinéma et les gens étaient devenus complétement dingues à cause de ça. J’avoue avoir zappé sur quelques épisodes au temps de la diffusion du programme mais je ne m’étais jamais arrêtée dessus. Et j’avais tort.

Commençons par le commencement. Veronica Mars est une série qui date de 2004, elle a été créée par Rob Thomas à qui nous devons, entre autres, 90210 Beverly Hills, Nouvelle Génération. L’histoire est celle de Veronica, adolescente de 16 ans aux hobbies bien différents de ceux des jeunes de son âge. Quand les autres vont au bowling ou font des soirées pyjamas, Veronica traque les méchants et résout des enquêtes en travaillant pour son père, détective privé. Son but ultime ? Trouver le meurtrier de sa meilleure amie.

Kristen Bell est l’héroïne de la série en interprétant Veronica Mars. A ses côtés, Jason Dohring joue Logan Echolls, le marrant plein aux as, Percy Daggs III est Wallace Fennel, le meilleur ami, Francis Capra  est Eli « Weevil » Navarro, le gentil bad boy et Enrico Colantoni est Keith Mars, l’adorable papa.

Pour la première fois depuis que je regarde des séries, j’ai vraiment apprécié chaque personnage. De Veronica Mars, fabuleuse enquêtrice à l’humour tordant – mention spécial pour le doigt d’honneur rouge à lèvres -, au plus méchant des méchants, chacun a une personnalité qui fait qu’on ne peut pas lui en vouloir très longtemps. De plus, je trouve cette série légèrement décalée avec celles diffusées en 2004 et programmées pour les adolescents… Parce que si elle cible justement les 18-25 ans, elle peut également être visionnée par des personnes de tout âge, tant l’histoire n’est pas focalisée sur les relations amoureuses et autres problèmes ridicules de jeunes. Évidemment qu’on y parle de romances, mais la principale motivation de la série reste de résoudre des enquêtes, plus ou moins importantes. Et c’est vraiment ce qui m’a tenu en haleine durant les trois trop petites saisons.

(c) Warner Bros. Pictures
(c) Warner Bros. Pictures

 A croire que le monde des séries est vraiment très petit puisque plusieurs guests ont fait leur apparition dans les trois saisons de Veronica Mars. Acteurs de cinéma ou stars du petit écran, les téléspectateurs retrouvent avec plaisir Amanda Seyfried, Max Greenfield (New Girl), Paris Hilton, Jessica Chastain, Aaron Paul (Breaking Bad), Leighton Meester (Gossip Girl), Alyson Hannigan (How I Met Your Mother), Kayla Ewell (The Vampire Diaries), Jason Beghe (Chicago PD), Julie Gonzalo (Comme Cendrillon) ou encore Rachelle Lefevre (Under The Dome).

Après avoir enfin vu la série, j’ai pu regarder le film, sorti en mars 2014. Et c’était un réel plaisir de retrouver notre héroïne, de revoir chaque personnage qui a contribué au succès de Veronica Mars. L’histoire m’a plu, évidemment, même si j’aurai voulu qu’elle dure trois heures de plus. Autre chose, j’ai été choquée par la perte de poids de Jason Dohring : son visage a changé, ce qui lui enlève une partie de son charme, car avouons-le, malgré qu’il soit un sacré emm*rdeur, Logan Echolls était absolument adorable. En même temps, tous ont tellement changé, à commencer par l’actrice principale.

Vous l’aurez compris, Veronica Mars est un gros coup de cœur. Tellement gros que j’ai demandé le coffret de la série en DVD pour Noël. Ainsi, je pourrai regarder les épisodes encore et encore, et les découvrir en version originale, n’ayant pu les apprécier qu’en français.

Et vous, avez-vous aimé Veronica Mars ?